Ghana : L’ex président Rawlings condamne les USA pour l’attaque en Syrie

Ghana : L’ex président Rawlings condamne les USA pour l’attaque en Syrie

Vodafone African Legends Night
Advertise 600×150

L’ancien président du Ghana, Jerry John Rawlings, a condamné l’attaque des États-Unis d’Amérique en Syrie en la décrivant comme étant « lâche vicieuse et diabolique ».

Les Etats-Unis ont frappé   une base militaire en Syrie dans la nuit du jeudi à vendredi en riposte  à la présumée attaque chimique de l’armée syrienne contre des civils.

Dans un article intitulé «L’immortalité de la politique internationale», John Jerry Rawlings l’ancien chef militaire, a déclaré que supportée par les medias  occidentaux, l’attaque chimique a été lancée  pour empoisonner l’atmosphère  du régime d’Assad afin de justifier ce que font les États-Unis et l’occident.

« La grande question est de savoir comment une Force Armée qui a pratiquement battu la résistance des rebelles avec l’aide russe pourrait concevoir une folie telle que de déverser des armes chimiques contre des civils et des enfants innocents ? Qu’y a-t-il de sensé dans cette accusation illogique si cela n’a pas été fait pour créer une fausse impression pour justifier ce que font les Etats-Unis et l’Occident? » A-t-il dit dans l’article.

« Le monde doit se réveiller. Les dirigeants doivent se réveiller. Le gouvernement d’Assad et Assange ne sont pas en danger. Ce sont la liberté, la Justice et la démocratie qui sont en danger d’une ambition unipolaire de gouverner le monde », a-t-il ajouté.

 

Lise Bivigou (stagiaire)

Réagissez à cet article, laissez votre commentaire ici

Derniers Tweets

Recevez GRATUITEMENT les dernières Actualités, Promotions et Offres d'Emplois du Ghana directement dans votre messagerie
NE MANQUEZ PLUS RIEN DE CE QUI SE PASSE AU GHANA
Abonnez-vous
NE MANQUEZ PLUS RIEN DE CE QUI SE PASSE AU GHANA
Recevez GRATUITEMENT les dernières Actualités, Promotions et Offres d'Emplois du Ghana directement dans votre messagerie
Abonnez-vous
Inline

kaaf-popup-1

Réagissez à cet article, laissez votre commentaire ici