Free songs
Publicité
Ghana: Les églises soutiennent les autorités dans la lutte contre Galamsey

Ghana: Les églises soutiennent les autorités dans la lutte contre Galamsey

Aiuf 600×150
Advertise 600×150

Le Conseil chrétien du Ghana (Gcc) et la Conférence épiscopale du Ghana (Gcbc) ont soutenu, samedi 13 mai, les efforts des autorités visant à mettre un terme à l’exploitation minière clandestine (appelée localement « galamsey ») dans le pays.

« Nous avons observé avec satisfaction l’engagement du président et de son gouvernement à mettre fin à l’exploitation illégale dans le pays pour protéger nos masses d’eau, nos terres agricoles, nos réserves forestières », ont déclaré le pasteur Ernest Adu-Gyamfi et Mgr Philip Naameh, respectivement président du Conseil chrétien du Ghana (Gcc) et président de la Conférence épiscopale du Ghana (Gcbc), dans un communiqué conjoint publié samedi 13 mai.

Les responsables religieux appellent le gouvernement ghanéen « à intensifier sa croisade contre des mineurs illégaux, connus populairement sous le nom de “galamsey”, qui causent des dommages irréparables aux ressources naturelles du pays ». « Leurs activités polluent les eaux et détruisent les terres agricoles et surtout des vastes plantations de cacao », dénoncent-ils.

« Les ressources naturelles sont devenues une malédiction »

Cet aveu rejoint la déclaration de John Peter Amewu, ministre de la terre et des ressources naturelles du Ghana à l’agence Fides : « Les ressources naturelles du Ghana sont devenues une malédiction au lieu d’être une bénédiction à cause de la pollution incontrôlée laissée par ceux qui sont impliqués dans l’extraction illégale de pierres précieuses. »

Depuis que le gouvernement a amorcé une campagne contre les mineurs illégaux, environ 250 machines de terrassement ont été abandonnées, tandis que d’autres mineurs hésitent et ont du mal à renoncer à leurs équipements.

Tout en saluant les efforts du gouvernement, les Églises du Ghana demandent aux autorités d’« assurer l’eau potable aux populations à travers les principaux organismes fluviaux comme Birim, Prah, Ankobra, Densu etc. ».

Le Conseil chrétien et la Conférence épiscopale du Ghana réitèrent l’appel à un partenariat « Église-État » pour participer à la gestion des écoles des communautés touchées par l’analphabétisme et qui reçoivent de nombreux jeunes désœuvrés ayant abandonné les salles de classe en raison des activités minières clandestines.

Source: Urbi-Orbi-Africa

Réagissez à cet article, laissez votre commentaire ici

Scroll To Top