Facebook annonce des mesures pour combattre les fausses nouvelles

Facebook annonce des mesures pour combattre les fausses nouvelles

Advertise 600×150

Le géant du web Facebook a annoncé jeudi une série de mesures qui permettront de combattre les fausses nouvelles et canulars qui circulent sur le réseau.

En premier lieu, Facebook facilitera le signalement de fausses nouvelles. Lancée en 2014, cette option nécessitait plusieurs clics avant de pouvoir signaler un article comme étant trompeur. Le réseau social permettra désormais aux usagers de signaler une publication en un clic.

Facebook s’allie aussi à un consortium de journalistes et de fact-checking pour bonifier la vérification des faits. Les articles signalés par des usagers comme étant trompeurs seront envoyés à un des sites signataires du code de principes du fact-checking mis au point par l’institut Poynter. Si les journalistes déterminent que la nouvelle est fausse, l’utilisateur recevra un avertissement avant de la partager. L’avertissement invitera l’usager à consulter un article qui explique pourquoi la nouvelle est fausse.

Les nouvelles contestées de la sorte apparaîtront moins souvent dans les fils de nouvelles des utilisateurs Facebook.

Il n’était pas clair, au moment de l’annonce, si les nouvelles fonctions de signalement seraient disponibles pour les usagers francophones. La plupart des sites de vérification de faits faisant partie du consortium oeuvrent en anglais.

L’entreprise de Mark Zuckerberg a aussi confirmé vouloir couper les revenus publicitaires des sites mettant de l’avant des informations trompeuses, tel qu’annoncé en novembre, suite à l’élection présidentielle américaine.

Dans un communiqué publié jeudi, Facebook a affirmé vouloir se battre contre «les pires des pires» désinformateurs du web. «Nous croyons fermement à la liberté d’expression et nous ne pouvons pas départir nous-mêmes le vrai du faux, alors nous nous attaquons au problème avec caution. Nous avons concentré nos efforts sur les pires des pires, sur les canulars véhiculés par des ‘spammeurs’ pour leur profit personnel, tout en voulant encourager la participation de notre communauté et d’organisations indépendantes», peut-on lire.

Vertement critiqué dans les jours suivant l’élection américaine, où plusieurs fausses nouvelles ont été plus populaires sur Facebook que des articles écrits par des médias d’information reconnus, Facebook avait nié l’existence d’un problème. En mi novembre, Facebook avait finalement annoncé vouloir combattre la propagation des fausses nouvelles sur son réseau.

Source: Metro Montreal

Réagissez à cet article, laissez votre commentaire ici

Derniers Tweets

Recevez GRATUITEMENT les dernières Actualités, Promotions et Offres d'Emplois du Ghana directement dans votre messagerie
NE MANQUEZ PLUS RIEN DE CE QUI SE PASSE AU GHANA
Abonnez-vous
NE MANQUEZ PLUS RIEN DE CE QUI SE PASSE AU GHANA
Recevez GRATUITEMENT les dernières Actualités, Promotions et Offres d'Emplois du Ghana directement dans votre messagerie
Abonnez-vous